Le distributeur de phrases

J’ai appris récemment qu’un nouvel élément de mobilier urbain va être installé dans tous les quartiers de Paris. Il s’agit d’une machine qui distribue gratuitement des phrases élaborées par un ordinateur. On appuie sur un bouton et hop, la phrase inscrite sur un ruban de papier sort d’un orifice comme les images du photomaton. Sur option, on peut demander à ce que certains mots, que l’on saisira sur le clavier de la machine, soient intégrés à la phrase. Cette initiative est due au ministère de la Tranquillité Citadine, qui ne recule devant rien pour rendre la vie agréable et paisible aux habitants de la Ville Lumière. Les concepteurs réfléchissent déjà à des options supplémentaires : phrase délivrée sous enveloppe pour la confidentialité du message, phrase imprimée au jus de citron pour amateurs de cryptographie, etc. Il est question aussi de limiter la consommation à une phrase par personne et par jour. Un débat animé oppose ceux qui proposent de personnaliser les phrases en fonction de leur destinataire et ceux qui défendent la thèse d’une distribution aléatoire.

La première machine devrait être installée Place Colette, devant la Comédie Française. (DR)

Publicités

L’homme et la machine

1846Cramptonloco

Locomotive Crampton, 1846 (Wikipedia)

« Vous croyez, vous espérez que ces machines vous dispenseront d’avoir vous-même une valeur propre, qu’elles vous communiqueront celle qu’elles possèdent. Détrompez-vous ! Rien au monde ne peut vous dispenser d’avoir vous-même une âme, une dignité personnelle, le respect de vous-même, un caractère, une conscience, une parole. Tous les rails de fer, toutes les chaudières à haute pression ne peuvent vous acquitter de l’obligation d’avoir vous-même une trempe invisible, ce ressort interne, ce point moral qui résiste, s’il le faut, au poids de l’univers et constitue l’être humain, ni le fer, ni le bois, ni la tôle ne vous prêteront leurs vertus. Il faut absolument que vous ayez les vôtres, celles qui caractérisent la nature humaine. Aucune machine ne vous exemptera d’être homme. »

Edgar Quinet, La révolution religieuse au XIXème siècle (1857)

source