Les mystères de Paris

Le Parisien s’étonne que tout ne soit pas
partout comme à Paris,
et le Français, comme en France.
Balzac

 

Passant l’autre jour en autobus à Denfert-Rochereau, je vois par la fenêtre une plaque apposée sur un des bâtiments publics qui se trouvent au sud de la place : « Ville de Paris – Unification de l’heure – Centre horaire ». Diable ! Que fait-on donc là-dedans ? Le bâtiment a l’air passablement inutilisé… et en quoi consiste l’unification de l’heure ?

Je n’ai rien trouvé sur le site de la mairie de Paris, mais c’est peut-être que je m’y prends mal. Pas évident non plus de trouver un document expliquant clairement à des béotiennes comme moi la question de l’unification de l’heure : ce que j’ai trouvé de plus clair, c’est un article de Lucien Baillaud dans la Revue d’histoire des chemins de fer. Si j’ai bien compris (ce qui n’est pas sûr à 100 %), c’est seulement en 1891 que l’unification horaire s’est faite en France au niveau national et en 1911 que la France s’est alignée sur l’heure internationale. La loi du 9 mars 1911 annonçait en effet « le ralliement masqué à l’heure de Greenwich, retardant l’heure légale de 9 minutes et 21 secondes par rapport au méridien de Paris ». Et il n’y a pas si longtemps que le processus s’est achevé : « L’heure légale de la France était presque identique à celle de nos voisins ; il s’en fallait de quelques centièmes de seconde, négligeables pour la vie courante et pour les horaires des trains. Cela a duré jusqu’à la loi de 1977 qui définit l’heure légale d’après l’heure « UTC ». La loi française n’a jamais mentionné le nom détesté de Greenwich. L’honneur national est sauf, et les responsables des chemins de fer ont obtenu l’unification de la notation du temps. »

Ça n’a pas été facile non plus de trouver une photo de la plaque en question… finalement j’en ai trouvé une sur le blog d’un étudiant suédois en visite à Paris, Peter Olson, qui donne de nombreux détails (en anglais) sur les bâtiments entourant le carrefour de Denfert-Rochereau.

2 réflexions au sujet de « Les mystères de Paris »

  1. Ne serait-ce pas parce que, l’est de la France étant éloigné de pas loin de 1000km de son ouest, le soleil ne s’y lève ni ne s’y couche à la même heure ? Il a fallut donc trouver, à l’instar du tempérament dans l’accord d’un instrument à clavier, une heure tempérée qui ne serait véritablement exacte que sur un seul méridien du pays mais qui faciliterait tout de même la vie à l’ensemble de la population.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s