Matin et soir


Autrefois – mais c’était il y a bien longtemps, dans un royaume près de la mer – je n’aimais que le soir. Le soir annonciateur de la nuit, la nuit qui allait déployer tous les éventails de plumes du possible, éclatants de brillance sur sa noirceur. Ne pas savoir ce qu’elle réservait, dans ses coffres-forts de la Voie Lactée, était aussi une promesse. Les fenêtres ne s’ouvraient que sur des infinis. Le chatoiement de l’inconnu étalait son attraction inéluctable. Je me laissais nonchalamment glisser dans ces rivières de ténèbres.

Cela s’est passé. Je ne sais pas si c’est la beauté que je salue maintenant, mais j’ai découvert la gloire des matins. Le jour se lève, les nuages s’écartent pour laisser apparaître le soleil dans sa présence royale. La journée sera inévitablement ce qu’elle sera et cela recèle une joie infaillible. La splendeur de la gouache a fait place à la sécheresse de la gravure. Épuré, le dessin vient s’insérer à la place qui lui revient. L’approche de la nuit, désormais, n’est plus que la voie d’accès aux forêts les plus lointaines.

4 réflexions au sujet de « Matin et soir »

  1. Quelque éloge des frontières de la nuit et du jour; je partage aussi l’affinité: « tous les matins du monde » même, à sentir, entendre, voir, savourer et aussi percevoir, comme glissant à bord d’une « barque silencieuse ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s