Jade, et c’est naguère

Verde que te quiero verde.
Verde viento. Verdes ramas.

Federico García Lorca

Son nom signifie en maya « Grand Soleil Bouclier Rayonnant ». K’inich Janaab’ Pakal, connu aussi sous le nom de Pacal le Grand, était le plus célèbre souverain de la cité-État maya de Palenque, au 7e siècle de notre ère. La découverte de son tombeau, en 1952, par l’archéologue mexicain Alberto Ruz Lhuillier est considérée comme l’une des plus importantes de l’archéologie maya. Aujourd’hui, Pakal est aussi la vedette de l’exposition de la Pinacothèque de Paris « Masques de jade mayas ».

 

On a bien failli ne jamais les voir à Paris, ces fameux masques. Souvenez-vous, c’était en février 2011 : l’année du Mexique en France devenait la victime collatérale de l’affaire Cassez. Bien des manifestations prévues sont passées à la trappe. J’ignore comment l’exposition de la Pinacothèque a échappé à ce triste sort, toujours est-il qu’en janvier dernier, avec juste quelques mois de décalage, les masques étaient bien là.

Masque funéraire en mosaïque de jade, Tombe I, Calakmul, Campeche (vers 660-750 ap. JC)

« Les masques de jade exposés ont été retrouvés dans les sépultures des élites mayas. Une partie des masques funéraires représente les visages individualisés des dirigeants mayas. C’est le cas de l’extraordinaire masque du roi Pakal qui fige pour l’éternite les traits du souverain. La lecture des œuvres est enrichie par une fructueuse mise en contexte : les masques sont en effet présentés avec le reste du trousseau funéraire qui comprend colliers, boucles d’oreilles, bracelets, pectoraux, céramiques et autres offrandes. C’est la première fois, depuis leur exhumation et leur dispersion dans différents musées, que ces œuvres sont rassemblé. Sept tombes de dirigeants mayas sont ainsi reconstituées.
Une autre partie des masques exposés représente les divinités du panthéon maya qui, à l’instar des ancêtres mythiques incas, combinent des traits humains, animaux et végétaux. Portés par l’élite maya durant les cérémonies rituelles, les masques lui permettaient d’endosser le visage de la divinité et d’accomplir ainsi son rôle d’intermédiaire entre les sphères terrestre et céleste. » (extrait de la présentation du musée)

Masque funéraire en mosaïque de jade de chrysoprase, Temple des Cormorans, Dzibanché, Quintana Roo (vers 600-750 aP. JC)

La présentation des masques parmi les autres éléments du « trousseau funéraire » joue en effet un double rôle : elle permet de mieux comprendre leur fonction mais aussi d’étoffer ce qui, sans cela, aurait pu apparaître comme d’ampleur limitée. Les Mayas, semble-t-il, avaient une prédilection pour la couleur verte, et le jade était pour eux le matériau le plus précieux. Ce jade – ou parfois la chrysoprase qui le remplace – a une couleur beaucoup plus foncée que celui employé pour les objets chinois. C’est un vert sombre et profond, qui donne aux masques un aspect saisissant.

 

Les objets présentés proviennent pour l’essentiel des sites de Palenque (État du Chiapas), de Calakmul (Campeche), d’Oxkintok (Yucatán) et de Dzibanché (Quintana Roo), couvrant l’essentiel de la partie mexicaine du monde maya, qui s’étendait également dans des zones qui appartiennent aujourd’hui au Guatemala, au Belize et au Salvador. Les sites archéologiques mayas se comptent par centaines et tous ne sont pas encore explorés, loin de là. On peut suivre sur le site Découvertes archéologiques quelques-unes des découvertes les plus récentes, comme par exemple fin 2011 les restes d’un palais maya vieux de 2000 ans au sud-est de l’état du Chiapas, témoignant d’une occupation des lieux par cette civilisation beaucoup plus ancienne que celle généralement admise.

Lire aussi l’article de Céline Piettre sur le site Fluctuat et Le masque dans l’art rituel maya sur Artscape

Principaux sites archéologiques mayas

images : © Photo: Martirene Alcántara/INAH.

carte : Bibliothèque virtuelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s