Poème de circonstance

"Yoshitsune and Benkei Viewing Cherry Blossoms", par Yoshitoshi Tsukioka, 1885 (image Wikipedia)

Comme c’est bientôt le printemps
J’ai voulu faire un poème de circonstance
Un poème juste en quelques stances
Un poème de printemps
Je me suis dit c’est l’affaire d’un instant
Je vais mettre des petits oiseaux, des fleurs, des feuilles aux arbres
Rien qui soit taillé dans le marbre
Des giboulées de mars et des cerisiers en fleur au Japon
Je ne dirai rien du froid en pays lapon
Plutôt le passage de la ligne d’équinoxe
Quand l’hiver est KO au combat de boxe
Quand on célèbre les vertus de l’obsidienne
Au pays où l’étrangeté est quotidienne
Mais à mesure que je déroulais mon parchemin
Je me demandais si j’étais dans le bon chemin
Et je me suis dit ma fille, laisse tomber
Pas besoin de tortiller tes rimes à la noix
Le printemps, ce n’est pas quelque chose à écrire
C’est plutôt à vivre et à chanter et à rire
(Si on peut)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s