Les cathédrales dévoilées

Une âme se mesure à la dimension de son désir,
comme l’on juge d’avance des cathédrales à la hauteur de leurs clochers.
Flaubert

Je ne parle pas souvent de télévision sur ce blog (sauf pour dire mon goût des séries policières…) mais voilà, j’ai eu l’occasion ces jours-ci de voir un documentaire passionnant : Les cathédrales dévoilées, film de Christine Le Goff et Gary Glassman. Sur Arte, faut-il le dire… Quelquefois Arte nous balance d’ailleurs des documentaires historiques un peu lourdingues avec des reconstitutions de scènes « d’époque » largement superflues. Mais cette fois, réussite totale.

En effet, il y a certainement beaucoup à dire sur la symbolique des cathédrales gothiques, et c’est un sujet qui m’intéresse énormément, mais cette fois il s’agissait d’aspects bien plus concrets, des techniques de travail utilisées : comment travaillaient les maçons, les charpentiers, les tailleurs de pierre, les forgerons, etc. En parallèle, comment travaillent ceux qui, aujourd’hui, s’intéressent à ces techniques : historiens, archéologues, mais aussi géologues, métallurgistes, spécialistes des couleurs, etc… de manière de plus en plus transversale et décloisonnée, ce qui permet des découvertes inattendues. Évidemment, l’apport de l’informatique à toutes ces recherches, avec notamment la numérisation au laser qui permet de procéder à des représentations en 3D et de voir, littéralement, des éléments autrement inaccessibles.

Portail sud de la cathédrale de Sens, conçu par Martin Chambiges en 1497

Ces techniques étaient évidemment présentées par les chercheurs avec des exemples concrets pris dans les cathédrales de Chartres, bien sûr, Paris, Beauvais, Amiens, Noyon… J’ai rencontré aussi dans cette émission le beau carnet de croquis de Villard de Honnecourt, aître d’œuvre du 13e siècle, un des rares documents qui nous soient parvenus sur ces travaux d’architecture. Villard, né autour de l’an 1200, est originaire du village de Honnecourt-sur-Escaut situé près de Cambrai. Comme les compagnons de son temps, il fait son apprentissage en allant de ville en ville. Il deviendra plus tard magister latomus, c’est-à-dire maître d’œuvre, profession qui englobait le métier d’architecte. Son activité professionnelle couvre les années 1225 à 1250. On connaît, grâce à son Carnet (que l’on peut feuilleter sur la Wikipedia), quelques-unes des étapes de son périple : Vaucelles, où il travailla à la construction de l’abbaye cistercienne, Cambrai, Reims, Laon, Chartres et Lausanne, mais également la Hongrie, où il édifia à Košice (aujourd’hui en Slovaquie) la cathédrale dédiée à sainte Élisabeth de Hongrie.

Croquis de Villard de Honnecourt

Rediffusions :
08.01.2012 à 10:25
16.01.2012 à 15:05
Les cathédrales dévoilées
(France, 2010, 81mn)
ARTE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s