La ballade des impossibles amours


Voici, sauf erreur, la première adaptation au cinéma d’un livre de Haruki Murakami, et on la doit à Tran Anh Hung, auteur de L’odeur de la papaye verte, mais aussi de l’excellent A la verticale de l’été. Le titre original du film, Norwegian Wood, est tiré d’une chanson des Beatles ; je croyais l’ignorer jusqu’à ce que je l’entende (« I once had a girl, or should I say, she once had me… ») – j’ignorais seulement qu’elle s’appelait ainsi.

Watanabe et Naoko dans le parc

La Ballade de l’Impossible est un film lent et mélancolique sur des amours non seulement perdues, mais inachevées, marquées par le décalage, l’incompréhension mutuelle, les obstacles invisibles : normales, en somme.

Le synopsis (Allociné revisité par votre servante) : Japon, fin des années 60. Trois adolescents sont amis : Watanabe, Kizuki qui est son meilleur ami et Naoko, la petite amie de Kizuki. Mais un jour, sans crier gare, Kizuki se suicide. Watanabe quitte alors Kobe et s’installe à Tokyo pour commencer ses études universitaires. Alors qu’un peu partout, les étudiants se révoltent, la vie de Watanabe (qui semble indifférent à cette effervescence) est bouleversée quand il retrouve Naoko. Fragile et repliée sur elle-même, la jeune fille n’a pas encore surmonté la mort de Kizuki. Les deux jeunes gens passent les dimanches ensemble, ils se promènent et parlent interminablement. Le soir de l’anniversaire des vingt ans de Naoko, ils font l’amour. Le lendemain, elle disparaît sans laisser de traces. Watanabe semble alors mettre sa vie en suspension. Il passe le temps avec son ami Nagasawa, un garçon séducteur et cynique (très beau l’acteur Tetsuji Tamayama, NDLR) avec qui il chasse les aventures d’un soir. Lorsqu’enfin il reçoit une lettre de Naoko, qui s’est réfugiée dans une mystérieuse institution en pleine forêt, il vient à peine de rencontrer Midori, jolie, drôle et vive, qui ne demande qu’à lui offrir son amour. Tout cela finira mal…

Midori et Watanabe

On peut être agacé par la lenteur, les répétitions, les méandres du film (ce n’est pas mon cas). A partir des retrouvailles de Watanabe et Naoko dans son refuge, la nature joue un grand rôle et elle est superbement filmée, d’une manière à la fois puissante et subtile. La sexualité est très présente, et les personnages exposent leurs problèmes – car l’activité sexuelle est beaucoup plus pour eux un problème qu’une satisfaction – sans détours. La mort aussi est un élément dominant. Comme le dit Jean-Baptiste Morain dans Les Inrocks : après un début de film un peu trop clean, « certes, la mort rôde déjà, mais elle semble abstraite. Et puis, surprise, dès que Watanabe retrouve Naoko dans son séjour pastoral, le film de Tran Anh Hung, peut-être grâce à Murakami et à son érotisme franc, entre dans une autre dimension : sexuelle, maladive, névrotique. Les deux heures qui suivent, épuisantes, éprouvantes pour les personnages, ne montreront plus que des êtres en souffrance se heurtant sans fin contre des murs invisibles qui les empêchent de vivre, d’aimer et de s’aimer physiquement. »

Watanabe et Naoko

« J’ai voulu parler de ce qu’on éprouve quand une personne aimée se perd et disparaît. Une personne qui avait de l’espoir, de la volonté, une personne avide d’aimer, mais qui s’est égarée. J’ai connu beaucoup de gens précieux qui se sont perdus au détour d’un chemin ; ils me manquent toujours. J’avais envie d’écrire pour eux. C’était la seule chose que je puisse faire : écrire sur eux. Pour eux. Sur l’espoir qui s’en va, l’absence de but, la perte de tout repère. » (Haruki Murakami)

On peut lire aussi un très bon article sur le livre de Murakami sur le site Buzz Littéraire.

Au bord de la mer

Photos Allociné

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s