Le printemps du dessin


Le dessin n’est pas la forme,
il est la manière de voir la forme.
Edgar Degas

Au printemps, le dessin fleurit à Paris : pas moins de quatre salons dédiés au dessin contemporain, dont la Foire Internationale du Dessin (FID) que je suis allée visiter samedi 2 avril à la Cité Internationale des ArtsSauf erreur de ma part, il s’agit de la 3e édition de cette manifestation créée en 2009 à l’initiative de Serghei Litvin Manoliu.

Dessin d'Elisa Meira

La FID est une foire dédiée aux écoles d’art. Le projet est à la fois artistique et éducatif, avec pour but d’offrir aux élèves la possibilité de se rencontrer, de confronter leurs travaux, d’apprendre leur futur métier d’artiste. Et aussi de découvrir les relations avec le public, les galeristes, les collectionneurs… Pour leur faciliter l’accès, les étudiants ne payent pas de frais de participation. Les exposants vendent leurs dessins en direct aux professionnels et au public. Le projet FID est basé sur une stratégie de décloisonnement : artistique, géographique et humain.

Cette année, sur 410 dossiers de candidature, le jury a sélectionné 90 exposants qui représentent 40 écoles de 14 pays européens. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la barre a été mise très haut, et si l’on peut certainement y rencontrer des artistes dont les œuvres vous laissent insensible – affaire de goûts… – on ne pourra pas nier la grande qualité du travail de tous.

Dessin de John Patrick Egan

Personnellement, je trouve un peu embarrassante la présentation qui consiste à aligner des tables, derrière lesquelles, côte à côte, les artistes attendent le chaland. Mais c’est sans doute à cause de ma timidité résiduelle. De l’autre côté, il est excitant de pouvoir toucher les dessins, les feuilleter, tout ce que l’on ne peut pas faire habituellement dans une galerie. J’ai donc pu apprécier tout de même la beauté des œuvres proposées. Sur 90 exposants, il serait difficile de distinguer des courants ; tout ce que je peux dire, c’est ce qui m’a frappée : finesse et subtilité, force et violence, sensibilité et maîtrise, tout cela parfois étroitement mêlé. Je citerai juste quelques-uns de ces jeunes artistes : John Patrick Egan, Elisa Meira, et Romain Cadilhon dont je connaissais déjà le travail, d’une grande exigence.

Dessin de Romain Cadilhon

—- La FID est terminée mais on peut consulter son catalogue en ligne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s