Trois pas dans l’au-delà

Les morts sont invisibles,
ils ne sont pas absents.
St Augustin

 

Le film de Clint Eastwood, Au-delà (Hereafter) met en parallèle trois destins, trois personnes marquées malgré elles par une proximité avec la mort qu’elles n’ont pas cherchée. Le scénario est quelque peu artificiel, voulant à tout prix faire se rejoindre les trois personnages à la fin et nous offrir un happy end dont on n’a pas vraiment besoin.

Résumé des trois histoires : Marie Lelay, une journaliste française de télé (c’est tout de même curieux de lui avoir donné ce nom-là…), se trouve en Thaïlande durant le tsunami dans l’océan Indien de 2004. Emportée par la vague géante, elle se noie presque mais elle est sauvée par deux hommes. Elle rentre ensuite à Paris et peine à reprendre une vie normale car elle a de nombreuses visions. De cette expérience exceptionnelle, elle va faire un livre.

George Lonegan est un ouvrier américain vivant à San Francisco. Il tente d’oublier son passé où il exerçait le métier de médium. Il considère le don qu’il possède de communiquer avec les morts comme une malédiction. Mais son frère Billy lui en reparle sans cesse et veut lui faire reprendre son ancien travail.

Marcus est un garçon d’une dizaine d’années vivant à Londres avec son frère jumeau Jason et leur mère toxicomane. Son frère, qui était l’élément dominant entre eux, est tué dans un accident de voiture et Marcus n’arrive pas à accepter cette perte. Il cherche désespérément à communiquer avec son frère. Voulant aller à la rencontre d’un médium, il échappe à la mort pendant l’attentat du métro londonien de juillet 2005.

Ce qui est le plus intéressant, c’est comment le film nous montre que ces aventures paranormales sont plutôt mal vécues par les protagonistes, ont des conséquences négatives sur leur parcours (du moins avant la fin) et entraînent pour eux des problèmes de communication avec leurs semblables. Le compagnon de Marie (quelque peu primaire tout de même, ce garçon…) ne comprend rien à sa démarche, ou refuse de comprendre. Les gens considèrent George comme une bête curieuse et ne pensent qu’à exploiter son don. La mort de Jason place Marcus dans un isolement total, car sa mère incapable de tenir le coup doit séjourner dans un établissement de santé et il se retrouve dans une famille d’accueil.

Marcus dans le métro

Le côté « actualité vrai de vrai » est plutôt bien rendu ; le tsunami, sur lequel commence le film, est très impressionnant. Les séquences françaises sont un peu ridicules pour un public français ; Cécile de France (Marie) fait ce qu’elle peut avec un personnage qui ressemble à l’idée que peuvent se faire les Américains d’une Française. Elle a plutôt l’air d’une Jane Fonda qui aurait trente-cinq ans. Matt Damon (George) est plutôt bien, les scènes au cours de cuisine italienne sont très savoureuses. Mais le meilleur de tous c’est le petit garçon, pâle comme une endive et si triste. Allons, Eastwood c’est souvent bon, parfois très bon, mais jamais médiocre.

Deux articles : dans le Monde, dans Libération

Images Allociné

 

Advertisements

2 réflexions au sujet de « Trois pas dans l’au-delà »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s