Des hommes et leurs dieux


J’ai attendu plusieurs jours pour que ça se décante dans ma tête. Je voulais écrire quelque chose qui soit à la hauteur du sujet et je ne suis pas sûre d’y parvenir. Il s’agit du film, devenu célébrissime en quelques semaines, de Xavier Beauvois Des hommes et des dieux. Et d’ailleurs pourquoi ce film remporte-t-il un si grand succès et pourquoi est-il l’objet d’un tel consensus ? Il me semble que ces deux faits réunis ont beaucoup à dire sur notre époque et que le film vient en quelque sorte répondre à un besoin confus et inexprimé, mais réel.

Il n’est pas nécessaire de revenir sur le sujet, une histoire tristement vraie que tout le monde connaît, à moins d’avoir passé les trois derniers mois (les six, même, depuis le festival de Cannes) en hibernation complète dans le coin le plus reculé de la Périsylvanie orientale. Deux mots seulement sur la manière dont elle est rendue par le réalisateur. Simplicité, sincérité. Scènes répétitives (jusqu’à susciter par moments une ombre d’ennui) destinées à faire percevoir le mode de vie des huit moines dans leur petit monastère de montagne.

Cette montagne superbe où l’on voit bien que le climat est rude, qu’il fait froid. Le monastère est situé à flanc de coteau et de là, le paysage s’étend à perte de vue, venant même distraire le frère jardinier dans ses travaux. Paysage ouvert qui témoigne en images de l’ouverture des moines sur le monde qui les entoure et dont ils font partie. (J’ai eu du mal à trouver des photos qui puissent donner une idée de ce paysage de l’Atlas).

L’interprétation est absolument parfaite, Michael Lonsdale (absolument magistral) et Lambert Wilson en tête, mais tous mériteraient d’être nommés un par un, tant ils font exister avec naturel ces hommes obstinés, chacun avec son caractère, avec ses forces et faiblesses. Leur décision de rester sur place, contre toute prudence, décision longuement mûrie, décision qui leur coûtera la vie, sert-elle vraiment à quelque chose ? Je crois qu’elle sert surtout à donner du sens. Ces hommes sont venus là pour donner un sens à leur vie – et comme elle n’en a pas a priori, on n’a pas d’autre alternative que de tenter de lui en donner un. (C’est ce que je pense moi, pas ce qu’ils pensent eux, puisqu’ils ont la foi, même s’il leur arrive de douter. En ce qui me concerne, je suis athée les jours impairs, agnostique le reste du temps, avec néanmoins un appétit certain de spiritualité.)

Contrairement à mes habitudes, qu’il est bon de contrarier parfois, je n’ai lu aucune critique sur ce film dans la presse. Je voulais l’aborder sans autres préjugés que les miens propres.

(source image Atlas)

Publicités

6 réflexions au sujet de « Des hommes et leurs dieux »

  1. « … athée les jours impairs, agnostique le reste du temps, avec néanmoins un appétit certain pour la spiritualité. » Je me reconnais là aussi. Merci. J’irai voir ce film quand il sera présenté chez nous ayant en tête l’idée que des hommes peuvent choisir le danger – et peut-être même le sacrifice – sciemment pour donner du sens à leur vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s