Le post-exotisme, leçon douze

« Il y eut un temps où sur les surfaces de brique la peinture blanche servait à construire une histoire et à appeler à l’aide ou à la révolte, il y eut un temps où des hommes et des femmes niaient l’idée de la défaite, il y eut un temps où même les animaux savaient établir la différence entre l’envers et l’endroit du décor. » Antoine Volodine, Nos animaux préférés.


« Antoine Volodine, qui se désigne comme le porte-parole d’un collectif d’écrivains dont la plupart, oubliés et abandonnés, croupissent dans les prisons et les camps que les États réservent aux dissidents, fut longtemps réputé d’un abord difficile. Univers cauchemardesque et sans repères, traversé de vociférations intempestives et de paysages aussi gris que l’automne qui vient. Murmure longtemps inaudible jusqu’en 2000 et le prix du Livre Inter reçu pour Des Anges Mineurs. Mais, pour cette rentrée, c’est selon trois voix différentes : Les aigles puent de Lutz Bassmann, Onze rêves de suie de Manuela Draeger et Écrivains, sous son pseudonyme d’Antoine Volodine, que l’écrivain entend nous guider vers ce monde qui n’en est plus un et qu’il nomme Post-exotisme. C’est cette atmosphère que L’Œil Bistre vous invite à partager : heure où, quand tous les cauchemars­  du capitalisme le plus sauvage au totalitarisme le plus barbare  sont à la fois accomplis et abolis, ce n’est plus le catastrophisme qui règne mais le pouvoir de regarder de nouveau en face les menaces que la politique mondiale fait planer sur nous. Terreur contre Terreur. » Gregory Hosteins

Le groupe de lecture L’Œil Bistre, créé par Marc Le Monnier et aujourd’hui animé par Emmanuelle Flamant, Raphaëlle Murer,  Grégory Hosteins et Elizabeth Legros, reprend ses activités (quatrième saison !). Il vous convie à une lecture de textes d’Antoine Volodine, dimanche 10 octobre 2010 de 17 h à 19 h au café L’Apostrophe, 23 rue de la Grange-aux-Belles, 75010 Paris  – stations de métro : Jacques Bonsergent (ligne 5) ou Colonel Fabien (2).

image de chez La Femelle du Requin

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le post-exotisme, leçon douze »

  1. Ping : Durable brûlure « Sédiments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s