Aimer le jazz à travers elles

Sans la musique,
la vie serait une erreur
.
Nietzsche

Je ne la croyais pas aussi âgée (80 ans) et l’annonce de sa mort m’a surprise. Abbey Lincoln, grande chanteuse de jazz, a rejoint d’autres grandes chanteuses qui ont tant enrichi cette musique, Billie Holliday (à laquelle elle a été souvent comparée), ou encore – pour ne citer que des disparues – Shirley Horn, Ella Fitzgerald, Carmen McRae, Dinah Washington, Sarah Vaughan…

On peut lui tirer son chapeau (ce chapeau qu’elle portait si bien), pour son art et pour sa lutte comme militante des droits de l’homme, un combat qu’elle avait rejoint dans les années 1960 au moment de son mariage avec le batteur Max Roach. Trois périodes dans sa carrière, grands succès dans les années 50-60, éclipse dans les années 70-80, retour triomphal ces deux dernières décennies. « Sa carrière en solo avait rebondi ces dernières années, notamment lors de la sortie en 2007 de l’album Abbey sings Abbey où ses chansons extrêmement réfléchies et riches de métaphores nous prouvaient définitivement à quel point Abbey Lincoln était une artiste qui ne chantait surtout pas pour ne rien dire… » note la radio TSF Jazz.

Le jazz, lui, ne meurt jamais, et grâce aux diffusions radio du festival de Marciac, j’ai eu le bonheur de découvrir le merveilleux quintette du contrebassiste Avishai Cohen, un groupe dont le pianiste, Shai Maestro, porte bien son nom.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s