Une déclaration

Le graffiti n’est pas forcément un objet urbain. En témoigne celui-ci que j’ai recueilli à Syros, sur un rocher de la colline surplombant la plage de Galissas. On y lit (je traduis pour ceux qui ne pratiquent pas la langue de Séféris) : « Maria je t’aime ». Elle lui a peut-être répondu sur un autre rivage…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s