Turner dans le vertige de la lumière


Au Grand Palais ce printemps, l’exposition « Turner et ses peintres », au titre un peu elliptique, nous vient de Londres et elle ira ensuite à Madrid. De plus en plus souvent, les grands musées nous proposent ainsi des thèmes que l’on pourrait dire de « peinture comparée ». Pour Turner, il s’agit de confronter ses (nombreuses) œuvres avec celles des grands maîtres dont il revendiquait l’influence : et d’abord celui qu’il admirait entre tous, Claude Gellée dit le Lorrain, comme lui « peintre de lumière » ; mais aussi Rembrandt, le Titien, Nicolas Poussin, Salvator Rosa… Voir côte à côte l’œuvre « mère » et celle qu’elle a inspirée révèle la profonde originalité de Turner, son incroyable modernité que renforce la juxtaposition avec ses contemporains : Constable, Gainsborough, Bonington…

J.M.W. Turner : Venise, Dogana et Santa Maria della Salute, 1843

J.L.W. Turner : Venise, Dogana et Santa Maria della Salute, 1843

Un type curieux, ce Turner, un fou de peinture comme il y en a peu, d’une remarquable précocité. Il est réputé avoir sillonné la campagne à pied pendant des heures, remplissant des carnets de croquis. Quelques éléments biographiques (adaptés du texte anglais du site WebMuseum qui propose également de nombreuses images) :

J.M.W. Turner : Autoportrait, 1798

Joseph Mallord William Turner était né à Londres en 1775. Son père était barbier. Sa mère mourut alors qu’il était encore très jeune. Le garçon reçut peu ou pas d’éducation, son père lui apprenant simplement à lire. A l’âge de treize ans, il dessinait et exposait ses travaux dans l’échoppe de son père.

Turner n’avait que quinze ans quand il eut l’honneur de voir une de ses peintures exposée à la  Royal Academy, fondée par le roi George III en 1768. Succès immédiat. A vingt ans à peine, il avait sa propre galerie et les imprimeurs achetaient avidement ses dessins pour les reproduire. En 1802, Turner devient membre de la Royal Academy. Il commence alors à voyager en Europe. Venise sera à l’origine de certaines de ses plus belles œuvres.

Avec l’âge, Turner devint de plus en plus excentrique et misanthrope. A part son père, avec qui il vécut jusqu’à la mort de celui-ci en 1804, il n’avait aucun proche. Il ne s’est jamais marié. Il ne permettait à personne de le regarder peindre. Il avait cessé de se rendre aux réunions de la Royal Academy. Il voyageait toujours seul. Il exposait encore, mais refusait souvent de vendre ses oeuvres, et quand il en vendait une, il devenait dépressif.

Sa dernière exposition eut lieu en 1850. Puis un jour Turner disparut de chez lui et fut retrouvé des mois après à Chelsea, malade et se cachant sous une autre identité. Il mourut à la fin de 1851. Turner laissait une grosse fortune devant être consacrée, suivant ses dernières volontés, à soutenir des “peintres décadents”. Il avait légué ses œuvres à l’Etat britannique.

Le paysage chez Turner est à la fois un vrai sujet (loin de l’académisme de son temps) et un alibi pour se saisir de la peinture. Il faut voir les étranges images de Venise que peint Turner, vaporeuses, évanescentes, comme si la ville allait se dissoudre dans la clarté du ciel. Le plus étonnant chez lui, à mon sens, c’est la liberté avec laquelle il s’affranchit des formes et plonge dans la couleur, faisant de ses paysages des apothéoses de lumière. Et cela plusieurs dizaines d’années avant les impressionnistes – le tableau intitulé Confluent de la Severn et de la Wye date de 1845…

J.M.W. Turner : Confluent de la Severn et de la Wye, 1845

—-

source images :

autoportrait et Venise : Wikipedia
Confluent de la Severn et de la Wye : galerie Aid’Art

A lire :

un article de Jacques-Pierre Amette

le site de la National Gallery

Publicités

2 réflexions au sujet de « Turner dans le vertige de la lumière »

  1. J’avais 20 ans, j’habitais à Londres pas loin de la Tate Gallery qui était remplie de tableaux de Turner . C’est là que je l’ai découvert . Je n’y connaissais rien à la peinture mais j’étais attirée par ses toiles et j’allais souvent lui « rendre visite » . Une impression étrange, inexplicable . On reste en suspens comme devant un mystère jamais élucidé …

  2. Ping : Monet, Monet, Monet… « Sédiments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s