Shutter Island, l’autre île des morts


Synopsis d’après Allociné : En 1954, le marshal Teddy Daniels (Leonardo DiCaprio) et son coéquipier Chuck Aule (Mark Ruffalo) sont envoyés enquêter sur l’île de Shutter Island, dans un hôpital psychiatrique où sont internés de dangereux criminels. L’une des patientes, Rachel Solando, a inexplicablement disparu. Comment la meurtrière a-t-elle pu sortir d’une cellule fermée et sans fenêtre ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre incohérente d’une malade, ou cryptogramme ?

Ce n’est là que le point de départ d’une énigme qui trouvera une première réponse, puis, par un retournement complet côté doublure, une toute autre explication. Mais dans les voyages, ce qui compte, c’est le chemin parcouru ; aussi bien ici, peu importe la solution définitive ; ce qui est intéressant, ce sont les méandres et les détours où l’on se perd avant d’y parvenir.

Shutter Island, avant tout, c’est un lieu, aussi fascinant que sinistre. Le mot anglais shutter signifie volet, mais aussi obturateur (pour un appareil photo) ; dans les deux cas, c’est quelque chose qui empêche de voir. Le verbe to shut signifie fermer, enfermer ; sur le site de Shutter Island, on a trois niveaux d’enfermement emboîtés : l’île elle-même, dont le ferry-boat est le seul moyen d’accès ; l’hôpital-prison qui y est situé ; et à l’intérieur de celui-ci, l’étrange bâtiment C (sans parler du phare).

Dans la toute première séquence du film, depuis le bateau où Teddy Daniels est malmené par le mal de mer, on voit l’île apparaître en un plan saisissant, rappelant la fameuse Île des Morts d’Arnold Böcklin. Par la suite, le site ne se montrera pas plus accueillant. Une grande partie du film se déroule d’ailleurs pendant une tempête (qui empêche les enquêteurs de quitter les lieux et même de communiquer avec le continent) et la dévastation qu’elle amène ne fait que renforcer le sentiment de malaise.

L’hôpital-prison est dirigé par le mystérieux docteur Cawley (Ben Kingsley) secondé par le non moins mystérieux docteur Naehring (Max von Sydow). Je ne me souviens plus si le secret du Dr Cawley est révélé – à part le fait qu’il s’efforce plus ou moins en vain de traiter ses patients par la manière douce – mais le Dr Naehring s’avère être un ancien dirigeant nazi. Une autre raison pour que Shutter Island soit véritablement une île des morts.

L'enquêteur face au psychiatre...

Je ne sais pas ce qu’en pense Dennis Lehane, auteur du livre dont le film est tiré, mais je trouve qu’avec Shutter Island, adapté par Scorcese, et Mystic River, porté à l’écran par Clint Eastwood, il a sacrément de la chance avec les adaptations.

Un article du Monde

Un article des Inrockuptibles

Images du film : Allociné. Tableau de Böcklin : Web Gallery of Art.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Shutter Island, l’autre île des morts »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s