Les villes improbables de Palle Nielsen

Quelque chose, dans l’oeuvre de l’artiste danois Palle Nielsen, m’a fait penser à Chirico, et je crois que j’ai trouvé ce que c’est.

bac5cbeb2bd72dff89cfb2aaf42be320

Palle Nielsen, Orpheus and Eurydice (1st part), Sheet 5. “Despair”. 1955

Palle Nielsen, Orpheus and Eurydice (1st part), Sheet 5. “Despair”. 1955

J’ai eu l’occasion de voir le travail de Nielsen ces jours-ci avec l’exposition[1] qui se tient du 22 septembre au 25 octobre 2009 au Musée d’Art Cycladique d’Athènes (qui, en dehors de la collection permanente d’art antique des Cyclades, présente aussi des expositions temporaires de grande qualité). Un grand nombre d’œuvres de techniques diverses : dessins, gravures, aquarelles.

Palle Nielsen, Orpheus and Eurydice (1st part), Sheet 4. “The Bottom”, 1955

Palle Nielsen, Orpheus and Eurydice (1st part), Sheet 4. “The Bottom”, 1955

Le point commun, à mon sens, réside dans la manière dont ces deux artistes – largement contemporains l’un de l’autre[2] –ont créé des univers qui conjuguent dans une harmonie tout à fait personnelle des élements provenant de la mythologie gréco-romaine et de l’architecture urbaine classique. L’exposition du musée athénien en témoigne, qui comporte plusieurs séries d’œuvres de Nielsen, dont une comprenant 53 planches sur le thème d’Orphée et Eurydice et une autre intitulée « La Ville enchantée » ; mais les deux se rejoignent pour susciter ces espaces transversaux.

Le monde de Nielsen est plus sombre que celui de Chirico ; il est fortement marqué par les destructions de la 2e guerre mondiale et présente souvent des êtres humains anonymes, sans visage, désorientés dans un paysage dévasté, où les éléments urbains (poteaux, câbles, pancartes…) les enferment dans un réseau étouffant de lignes entrecroisées. Un travail passionnant qui associe la force du propos et la finesse du trait en rendant fraternelles ces créatures improbables.

Palle Nielsen, Orpheus and Eurydice (1st part), Sheet 9. “Omen”. 1955

Palle Nielsen, Orpheus and Eurydice (1st part), Sheet 9. “Omen”. 1955

Les images proviennent du site du Musée d’Art Cycladique, à l’exception de la première qui se trouve sur le site du journal athénien City Press. On peut voir aussi quelques images d’oeuvres de Nielsen sur le site du Vejle Kunstmuseum (textes en danois).


[1] Organisée en collaboration avec l’Institut Danois d’Athènes et le Vejle Kunstmuseum au Danemark

[2] Chirico 1888-1978, Nielsen 1920-2000

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s