Des livres que je n’écrirai pas

Oh ! tous ces livres que je n’écrirai jamais ! Pourtant leurs titres existent :

La route perdue

Ombres parallèles

Le passage des grues cendrées

Alphabet malhabile

Alphabet malicieux

Alphabet malencontreux

Sans aucun doute

Trilogie : Tracas, Frimas, Fracas

La triste histoire de Sébastien et Barnabé

 

Basile Gerlos : Les yeux bleus

Basile Gerlos : Les yeux bleus

Le territoire des ombres

Les frénétiques

Ostensiblement

Au pied du Canigou

Pages d’un livre perdu

Pages d’un livre brûlé

Le jour de l’éclipse

La vie tumultueuse de Bill Vezay

Peine perdue

Débardages

Rhéologie des larmes

Le combat de Bonus et Malus

Lâchez tout !

Corolles en l’air

L’ascension du Mont Perdu

…etc….

Sans me donner beaucoup de mal, je pourrais faire des quatrièmes de couverture pour tous ces livres…

Par exemple, Ombres parallèles (roman) : Dans une ville incertaine, dont les habitants semblent avoir perdu la mémoire, une femme erre à la recherche de l’homme qu’elle a aimé et perdu. Le hasard, ou le destin, va mettre sur son chemin un étranger qui lui ressemble. Ne serait-ce pas le même, qui a changé de nom, changé de vie ? Est-ce une nouvelle chance qui lui est donnée ? Une rencontre qui trouble l’héroïne et l’amène à poser un regard différent sur ce qu’elle a vécu.

Ha ha ha, on dirait du Harlequin.

Donc, je n’ai même pas besoin de les écrire. CQFD.

——

PS – le 19 décembre 2010. J’ai retrouvé un autre titre inutilisé : L’excès lent.

Publicités

11 réflexions au sujet de « Des livres que je n’écrirai pas »

  1. Aaah moi aussi je faisais ça ! J’étais contente, j’avais au moins le titre, ça y est c’était le début, j’allais être l’écrivain du siècle, yeehaa.
    Nul n’est besoin de préciser que ce ne fut point le cas.
    Mais j’ai toujours mes listes de titres, au cas où – on sait jamais.
    Honnêtement, j’aurais bien voulu connaitre la vie tumultueuse de Bill Vezay.

  2. Dans cette ville incertaine, les habitants semblent avoir perdu la mémoire. Une femme erre à la recherche de l’homme qu’elle a aimé et perdu. Le hasard, ou le destin, va mettre sur son chemin un étranger qui lui ressemble. Est-ce le même, a-t-il changé de nom, de vie ? Où se situe vraiment le monde des apparences, le rêve, le réel ? Cette rencontre, ce lieu sans mémoire vont bouleverser lToutes ces limites vont basculer
    Ha ha ha, on dirait du Harlequin.

  3. Pardon, faux mouvement, voilà la bonne version : je me suis amusé à réécrire ton 4 ème de couv, pour qu’il fasse moins Harlequin :
    Dans cette ville incertaine, les habitants semblent avoir perdu la mémoire. Une femme erre à la recherche de l’homme qu’elle a aimé et perdu. Le hasard, ou le destin, va mettre sur son chemin un étranger qui lui ressemble. Est-ce le même, a-t-il changé de nom, de vie ? Où se situe vraiment le monde des apparences, le rêve, le réel ? Cette rencontre, ce lieu sans mémoire vont bouleverser les repères des personnages et les nôtres en même temps…

  4. Bah! L’essentiel et de se lancer… vous verrez, une fois que l’on prend le pli, de raconter des histoires… on ne peut plus s’arrêter… Je m’y suis remise récemment, ce n’est pas le Pérou… c’est plutôt maladroit… mais ça sort…
    Si vous voulez faire quelque chose de ces titres, un conseil : écrivez le scénario court de l’histoire, découpez le en chapitre…. et lâchez-vous! Faites-vous plaisir et ça fera un bon bouquin!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s