Ça marche en effet

allen-19133665_w434_h_q80

Ah, quel plaisir de cinéma ! Il est loin le temps où j’allais voir tous les films de Woody Allen systématiquement. Depuis quelques années, il faut bien dire que sa production a été assez… inégale. Je n’ai pas vu Vicky Cristina Barcelona, mais à dater de 2000, je n’en sauverais que deux, Escrocs mais pas trop (où Sean Penn était formidable) et Match Point (dont j’ai dû parler chez le Sablier[1]). Mais ce Whatever Works (traduction approximative : « n’importe quoi, pourvu que ça marche »), c’est une petite merveille.

Je ne suis pas objective et ne souhaite pas l’être. Aussi je vous dirai franchement que je suis tombée en amour immédiatement pour le personnage principal, Boris Yelnikoff, tel qu’il est, c’est-à-dire chauve, mal embouché, d’un pessimisme complet et d’un égocentrisme phénoménal. Bonne description dans l’article du Nouvel Obs :

allen-19103751_w434_h_q80-bisUn acteur peu connu, mais remarquable, Larry David, ancien scénariste et producteur de la série Seinfeld, interprète le rôle principal, que l’on devine double à l’écran de Woody Allen lui-même. Le personnage se nomme Boris, crâne dégarni et lunettes, génie de la physique qui a raté son mariage, son prix Nobel et même son suicide. Ce brillant sexagénaire misanthrope vit seul, sa principale activité, avec ses amis, étant de dire du mal de tout le monde – et parfois aussi de lui-même. Il est amer, acerbe, méchant, ronchon, acariâtre, imbu de lui-même, désenchanté, et pire si affinités. Pour lui, la vie n’a pas de sens.

Peu importe l’histoire, peu importe si elle est (et elle est) tirée par les cheveux. (Allez la lire chez Allociné ou mieux, allez voir le film.) Ce qui compte, c’est que c’est drôle, on rit beaucoup, moi en tout cas, les propos et les commentaires de Boris sont dans la veine de ceux que faisait autrefois Woody himself, brillants, grinçants, complètement désespérés. Il a même chopé sa manière de parler. Mais je suis étonnée de voir certains critiques écrire que Woody Allen nous donne dans ce film une leçon d‘optimisme. Il n’y a pas là le moindre optimisme ; le monde court à sa perte et l’humain, comme le dit Boris, est « une espèce ratée ». Non, il s’agit de pessimisme, un pessimisme joyeux, qui est bien plus sain et plus aisé à pratiquer. Et vous savez quoi ? Qu’est-ce que ça peut faire, pourvu que ça marche…

Pour boucler ses fins de mois, Boris donne des leçons d'échecs à des jeunes qu'il traite de tous les noms...

Pour boucler ses fins de mois, Boris donne des leçons d'échecs à des jeunes qu'il traite de tous les noms...

Images de chez Allociné


[1] En effet, mais c’était en novembre 2005, donc plus en ligne…

Publicités

6 réflexions au sujet de « Ça marche en effet »

  1. Bonjour,

    Votre blog nous a plu et j’aimerais vous faire une proposition au nom de Ulike.net : nous souhaiterions l’intégrer au réseau Ulike News qui distribue chaque jour des critiques de l’actualité culturelle afin de faire découvrir à nos utilisateurs des articles de blogs qui parlent de ce qu’ils aiment.

    Comment ça marche?
    Ulike reprend uniquement les premières lignes de vos articles pour donner envie aux utilisateurs du site de venir lire la suite chez vous. Sur ce modèle, le début de vos articles sera disponible sur la page Ulike des artistes dont vous parlez ainsi que dans la section « News ».

    De votre côté, Ulike News pourra vous permettre de gagner un nouveau lectorat, l’interêt étant que les visiteurs auront réel intérêt préalable pour les sujets sur lesquels vous écrivez.
    De plus, cela vous permettrait de pouvoir recevoir des oeuvres : Ulike a noué des partenariats avec des différentes structures pour pouvoir offrir à tous les friands de partage du réseau des livres, des albums, des places de concerts et d’avant-première, etc…et favoriser ainsi la découverte de nouveaux artistes.

    Vous souhaitez participer?
    Rien de plus simple, il suffit d’ajouter d’ajouter le logo du réseau** ou un simple lien dans votre blogroll vers http://fr.ulike.net

    Bien entendu, je me tiens à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

    Uve, pour la uliketeam
    news (at) ulike.net
    http://www.ulike.net

  2. A propos des vues de Woody Allen sur les donneurs de leçons d’optimisme, n’est-ce pas dans Annie Hall qu’il disait: « La vie n’est que souffrance. Et si quelqu’un te dit le contraire, méfie-toi, ça veut dire qu’il est en train d’essayer de te vendre quelque chose » …?

  3. Ping : Un conte parisien « Sédiments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s